~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~    	DIOCESE DE MEAUX     	PÔLE MISSIONAIRE DE MELUN~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~    	SECTEUR PASTORAL de PONTHIERRY, ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~    	Boissettes, Boissise la Bertrand, ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~~    	Boissise le Roi, Moulignon, ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~    	Ponthierry, Pringy, ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~    	Saint Fargeau, Saint~Sauveur, ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~    	Seine-Port ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~    	~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~~
Recherche : envoyer
TEMOIGNAGESTEMOIGNAGES

« Les actes ne sont-ils pas des témoignages plus dignes de foi que les paroles ? » de Xénophon.

 

Témoignages de deux acteurs de Paix en Israël

Dans le cadre de la Semaine de la Solidarité Internationale, deux partenaires du CCFD - Terre Solidaire ont été accueillis en Ile de France et plusieurs membres de l’équipe locale du CCFD ont pu les rencontrer.

Aline, israélienne, et Huda, palestinienne, sont de jeunes étudiantes engagées dans l’association SADAKA - REUT («Amitié » en arabe et en hébreu), basée à Jaffa, qui agit pour la promotion de la Paix.

SADAKA - REUT a pour but de promouvoir en Israël «une société fondée sur l’égalité, la tolérance, le multinationalisme et le respect des droits humains ». Elle regroupe surtout des étudiants qui interviennent dans les écoles israéliennes fréquentées par des enfants et des adolescents des deux communautés.

Depuis les violences extrémistes et le durcissement de la pression militaire de cet été 2014, le nombre de bénévoles de cette association a doublé. Elle compte aujourd’hui 500 groupes, 1.000 élèves dont 20% palestiniens, 50 salariés.

Quels sont les défis à relever ? Aider les enfants à voir au delà de l’enseignement officiel, notamment en Histoire, suppléer aux non - dits des manuels scolaires (programme calqué sur le refus politique de reconnaître le passé de l’autre communauté), faire reconnaître l’égale dignité des uns et des autres à partir d’animations artistiques, poétiques, théâtrales. Pris en charge séparément la première année, les jeunes se mélangent ensuite, israéliens et palestiniens. Opération réussie lorsqu’ils sont mis en confiance.

Leurs défis personnels ? Pour Huda, attirer plus d’enfants palestiniens plutôt défavorisés et minoritaires, pour Alina, se faire admettre par des parents d’élèves israéliens quelque fois réticents et par les autorités de son pays qui la juge marginale, même si l’association est reconnue officiellement.

Nous avons été frappés par la maturité et l’engagement de ces deux jeunes pour la promotion de la Paix, de même que par leur volonté d’aller à l’encontre de la pression sociale qui pousse à la peur et au mépris, à la haine et à la violence.

L’équipe de Melun Val – de - Seine